Le blog de l'histoire
Je me suis rendu compte avec horreur que ce minisite était un peu à l'abandon ces derniers temps.

Alors, faute de publier un nouveau chapitre (pas tout de suite, mais j'aimerais publier la fin du tome 2 d'ici la fin de l'année), j'ai voulu papoter un peu sur le blog. Allumons le feu dans la cheminée, passons un coup de balai, distribuons des tasses de thé fumant et mettons un peu de musique pour égayer tout ça.



Je réfléchissais à ce que je pourrais évoquer en lien avec ce roman, et j'aimerais parler de ce que son écriture m'a appris. Parce que je crois vraiment avoir appris pas mal de choses, durant ces quatre ans sur la pratique de l'écriture.

Bien sûr, ce qui suit n'est pas forcément valable pour tout le monde ;) ça n'a pas vocation à égrener des vérités générales. En tout cas ce sont les miennes (là. voilà.)

Let's go.

- J'ai appris, à mes dépens, ce que c'était réellement que de se lancer dans un projet aussi long. Ce n'est pas parce que le début s'annonce bien que la suite sera aussi facile ; et même, si on est trop confiant pendant les premiers chapitres, le risque est d'autant plus grand que ça se casse complètement la figure. Attention donc, rester vigilant à tout instant, se préparer à devoir tout recommencer et jeter des pages entières s'il le faut. (OUI, ça fait mal, mais c'est comme ça)

- Les personnages n'appartiennent à personne. Et encore moins à l'auteur. Vous voulez rire ? Limite, ils appartiennent plus aux lecteurs, non ? Les personnages sont des concepts libres qui prennent vie on ne sait pas bien quand – ce moment magique où on sent que, oui, ça y est, ils sont réels -, qui tiennent à leur indépendance, qui marchent sur les pieds de leur "créateur" et se fichent mais alors éperdument de ses efforts pour les changer. En même temps je les comprends. Si une fille un peu bizarre surgissait de nulle part et fondait sur vous en hurlant que dorénavant vous aurez les cheveux bleus, ça risque de ne pas bien se passer. Fallait qu'elle se décide avant.

- Écrire, et écrire une histoire, c'est douter constamment de cette histoire et de la qualité de son écriture. Si on était convaincu d'avance que notre histoire, et que notre style, c'est carrément du béton armé, alors pourquoi diable y sacrifier taaaaaant de temps. Non, décidément ça n'a pas de sens. Si on savait d'avance que c'était génial, on perdrait pas tant de temps. Le premier jet suffirait, et puis hop.

- Oui mais, douter, c'est pas grave au fond. Alors faut accepter à la fois d'écrire avec ses doutes tout le temps, et de mettre les affreux petits monstres au placard quand il le faut.

- S'impliquer et s'investir dans ce qu'on fait, c'est génial, mais le risque est de s'impliquer trop, au point d'en baver dans les périodes moins rigolotes (c'est-à-dire quand l'histoire a choisi de se rebeller comme une fichue adolescente en pleine crise et que vous ne contrôlez plus RIEN) et d'être incapable de prendre du recul. Par exemple quand on n'arrive pas à reprendre ce fichu chapitre, ou quand on s'arrache les cheveux à persuader un personnage de faire bien gentiment ce qu'on lui demande, mai qu'il refuse le goujat (pourtant, on lui a offert des cookies). On se retrouve au bord du gouffre.

- Quand on a l'impression de s'être trop dévoilé (et je ne parle pas d'écrire son autobiographie, non non, dans le domaine de la fiction) au point qu'on ne supporte pas l'idée que d'autres yeux se poseront sur les lignes, euh… on est dans une belle impasse.

- Oui mais bon hein pourtant l'activité d'écrire implique forcément de se mettre dans une position de vulnérabilité. Impossible de se protéger de tout, faut bien monter au créneau des fois, et faut savoir ce qu'on veut. Écrire c'est un COMBAT (yeah), faut juste faire gaffe de ne pas y laisser sa peau, mais deux voire trois voire quatre (voire… non) écorchures sont les bienvenues. Le tout est d'avoir le courage d'assumer le roman qu'on a perpétré.

Voilà voilà voilà voilà. Oh mais ce billet est déjà bien assez long comme ça (ouille…)

Sur ces bonnes paroles (ou...pas bonnes ?), rendez-vous peut-être, pour la suite de l'histoire dans les carnets de l'Allée, d'ici la fin 2015 :)
Jamreo   mercredi 28 octobre 2015 à 18h4828.10.2015 à 18h48   19
Les Commentaires (Commenter)
Vous devez être identifié pour participer aux blogs.
J'ai 23 ans et quelques cases en moins peut-être. Je passe mon temps à rôder sur l'Allée, à me disperser sur des milliers de textes, à me fractionner l'esprit en une multitude de scénarios tordus, à me détruire les mains sur mes guitares, à traduire des tas de trucs, à griffonner des chansons qui mettent soixante ans à prendre forme :P
( Et des tas d'autres choses ! )
Sur le blog
Sept ans après ?
Jamreo, 08.08.2020 à 17h46
  Incroyable mais vrai, dans quelques jours, la fin de Cinq Lions de Cendres débarque sur l’Allée. Si je m’en réfère à la date du premier billet de blog, ça fait sept ans que l’histoire hante les couloirs du site. Sept ans d’&...
Lire la suite
Les derniers commentaires
Pixie a laissé un commentaire.
jeudi 7 janvier 2021 à 19h50
Calamus a laissé un commentaire.
dimanche 29 novembre 2020 à 21h38
Codan a laissé un commentaire.
samedi 14 novembre 2020 à 15h24
Codan a laissé un commentaire.
samedi 31 octobre 2020 à 13h23
Codan a laissé un commentaire.
samedi 17 octobre 2020 à 17h25
L'AlléeDesConteurs.fr © 2005-2022
AlléeDesConteurs.fr
L'Allée des Conteurs est une communauté batie autour d'un forum traitant de l'écriture et proposant des activités en ligne à l'ensemble de ses membres.
Ce site "univers" est consacré à l'hébergement d'histoires de certains de nos membres. Bonne lecture à toutes et tous !
Rendez-vous: AlléeDesConteurs.fr & Forums de discussion
AlléeDesConteurs.fr ~ 2005-2022